to top

La science de la méditation avec Daaji…

la-science-de-la-meditation-avec-daaji

Entretien exclusif de Daaji avec le magazine «health care India»

Guide spirituel, guru et successeur d’une lignée centenaire de maîtres spirituels, Kamlesh Patel, communément appelé Daaji, est le guide de la méditation Heartfulness, qui diffuse le système de Raja Yoga du Sahaj Marg. Avec des centres dans plus de cent-vingt pays, son principal objectif est de promouvoir des techniques de méditation simples et des outils efficaces pour créer notre destinée et élargir notre conscience. Il considère qu’avec la méditation, nous pouvons découvrir notre plein potentiel. Sinduri Vuppala en visite au centre de retraite spirituelle de Kanha Shanti Vanam à Hyderabad, qui s’étend sur 1400 acres (5,5 km²), profite d’un tête-à-tête exclusif avec le maître en personne…

Je connais l’existence de Heartfulness depuis toujours, bien avant d’avoir l’occasion de visiter l’ashram de Kanha Shanti Vanam et de rencontrer Daaji. Ma belle-mère et sa famille pratiquent ces principes depuis plus de trente ans et nous avons toujours eu à la maison des visiteurs partageant le même intérêt. Leurs livres et magazines arrivent chez nous tous les mois, mais je suis toujours restée une observatrice extérieure. Je n’ai jamais pris la peine d’analyser leurs concepts et n’ai jamais été tentée d’aller au-delà des connaissances de base.

Pourtant, il y a trois semaines, tout a changé. L’équipe a validé un reportage avec Daaji et la journaliste en moi a pris le relais. J’ai immédiatement fait des recherches dans les librairies et acheté ses deux récentes publications, ‘The Heartfulness Way’ et ‘Créer notre destinée’, et je les ai lus en une journée. Bien que certains sujets soient connus de tous, la façon dont Daaji les explique en se basant sur son expérience et ses connaissances personnelles est tout à fait captivante. Il aborde chaque sujet avec une méthodologie scientifique – une approche pratique issue de sa propre expérience et de sa maîtrise dans le domaine.

Il met en évidence les différences entre la méditation Heartfulness et les méditations classiques, et présente des notions mystiques telles que la transmission yogique. Reconnue comme étant la caractéristique de la pratique Heartfulness, cette méthode unique est utilisée par le guru pour provoquer un état d’éveil spirituel. «Avec la transmission yogique, nous transmettons l’essence même de la spiritualité,» nous dit-il. Abordant des concepts issus des neurosciences aussi bien que les notions de destin et de karma, ce livre plein de logique stimule la curiosité. Je suis allée voir Daaji avec cette curiosité, mais après l’avoir rencontré, je crois être convaincue d’essayer moi-même la méditation avec transmission. Lisez la suite pour en savoir plus…

La notion de transmission yogique est ce qui rend Heartfulness différent de toute autre forme de méditation. Pouvez-vous en expliquer la nature?

Au cours des dernières décennies, la méditation a acquis une reconnaissance universelle en raison de ses nombreux effets bénéfiques. Il existe de nombreuses méthodes de méditation, mais ce qui rend Heartfulness unique, c’est l’apport de pranahuti ou transmission yogique. Nous pouvons transmettre le son, la parole et bien d’autres choses. Par la transmission yogique, nous transmettons l’essence même de la spiritualité.

On mesure l’état de conscience grâce à l’EEG (électroencéphalogramme). Lors de cet examen, le tracé des ondes (électriques) sera très rapide chez l’enfant (ondes gamma 31-120 hertz); chez l’adulte en état d’éveil il sera quasiment normal. Au moment où l’on s’endort, il va encore se réduire (ondes thêta 4-7 hertz). L’état de sommeil profond est caractérisé par les ondes delta (0.5-0.3 hertz). Dans le cadre de la recherche, des scientifiques ont découvert que des méditants expérimentés ayant plus de 30.000 heures de méditation à leur actif connaissent ces ondes delta auxquelles les yogis et les moines aspirent si ardemment. Mais, avec la transmission yogique, même celui qui médite pour la première fois entre dans l’état delta en cinq minutes.

Vous pouvez utiliser l’expérience scientifique pour en tester vous-même l’effet. Méditez d’abord sans transmission, puis avec transmission yogique. Le test vous permettra de faire la différence par vous-même.

Est-il humainement possible de vivre ce genre de phénomène?

Oui, mais vous n’avez pas besoin de me croire sur parole; vous pouvez en faire vous-même l’expérience. Environ 99,9% des personnes ici, sans exception, peuvent en faire l’expérience. Et mieux encore, vous pouvez en faire l’expérience dès maintenant ou après dix ans de sadhana. Vous ressentirez quelque chose de très profond dès la première séance de méditation.

Est-ce que c’est valable aussi pour la nouvelle génération dépendante de ses gadgets et dont les capacités d’attention diminuent?

Lorsque nous transmettons, j’ai vu même des singes s’asseoir pour méditer. S’ils peuvent le faire, nous pouvons le faire aussi. À l’ashram d’Ahmedabad, nous étions constamment entourés de singes. Dès que nous nous asseyions en groupe et commencions la méditation, les singes s’asseyaient eux aussi autour de la clôture les yeux fermés. Si le mental d’un singe peut être méditatif, pourquoi pas celui d’un être humain? À moins d’être bipolaire, dépressif ou de souffrir d’une angoisse extrême, tout le monde peut méditer. En fait avec la méditation, nous pouvons contrôler et renforcer le mental des personnes qui sont dépressives ou qui souffrent d’anxiété extrême en seulement trois semaines. Elles recouvrent des conditions de santé presque normales, à moins que quelqu’un ne déclenche l’épisode à l’origine de la dépression ou de l’anxiété.

Dans votre livre, vous expliquez même comment on peut changer sa destinée grâce à la méditation…

Nous avons de nombreux éléments dans Heartfulness. L’un d’eux est la méditation avec transmission et un autre est le nettoyage – éliminer la cause des effets que nous subissons dans notre vie. Tout a une cause – la raison pour laquelle nous sommes ici est une cause. Les choses que vous allez faire ensuite auront une cause; notre bonheur ou notre tristesse ont également leur cause dans nos actions passées.

Puisque notre passé va créer tant de choses dans notre vie, nous pensons à la façon dont nous pouvons choisir d’effacer ces choses. C’est le processus du nettoyage. Peu importe ce que je crée maintenant, je veux être libre et dégagé de mon karma d’aujourd’hui, afin de pouvoir créer une nouvelle destinée. C’est pourquoi je précise dans mon livre ‘Créer notre destinée’ que nous ne sommes plus esclaves de notre passé ou de notre karma. Nous pouvons nous-mêmes créer une destinée de notre plein gré.

À propos du karma et de la destinée, vous parlez également de facteurs génétiques et épigénétiques … pouvez-vous en dire plus…

Quand nous transmettons notre code génétique à nos enfants, cela détermine de nombreux facteurs (l’apparence physique, comme les cheveux, la couleur, la taille), mais il y a dans ce transfert une part d’épi-génome qui est flexible.

Cette part de flexibilité est influencée par notre environnement – la manière dont nous avons été élevés, l’environnement dans lequel nous vivons, notre foyer, etc. Ce qui est extérieur peut changer. Supposez que vous vivez dans un environnement favorable, votre développement mental sera d’un certain ordre, mais si vous vivez dans un environnement violent, le développement sera d’un autre ordre. Même si vous êtes l’enfant d’un grand saint, votre profil génétique ne vous permettra pas de progresser si votre environnement n’est pas propice.

Dans l’épigénétique, nous ne sommes pas déterminés par la génétique. Même si mon père est agriculteur, ma situation peut s’améliorer dans le domaine éducatif. Le Dr Bruce Lipton, pionnier dans le domaine de l’épigénétique, a étudié de nombreuses théories et fait de nombreuses recherches à ce sujet. Quand une femme enceinte se trouve dans un environnement violent, son niveau de stress et son adrénaline montent en flèche, et quand elle est stressée, les hormones qui sont véhiculées par la circulation sanguine traversent le placenta et atteignent le fœtus. Le bébé réagit également – l’afflux de sang est plus important dans les membres, et lorsqu’il y a un plus grand afflux de sang dans les membres cela a un prix. Le sang est détourné des organes vitaux. Les enfants qui naissent de ces mères stressées auront des fonctions cérébrales et digestives perturbées. La partie occipitale du cerveau sera plus proéminente que le cortex frontal. Les capacités cognitives seront moins développées. Chez les enfants de mères heureuses, les capacités cognitives seront meilleures. Dans les deux cas, même si les parents sont intelligents, l’environnement et l’expression génétique modifient le schéma du cerveau.

Vous parlez également de pratiques quotidiennes simples qui nécessitent une transformation comme la discipline, la gestion du temps, l’attitude, l’ego, etc. Redéfinir notre mode de vie favorise-t-il l’expérience de la spiritualité dans son ensemble?

L’attitude joue un grand rôle. Je crois que 95% du succès dépend de l’attitude et le reste est seulement de la pratique. Laissez-moi vous donner un exemple. En Afghanistan si un homme aime une fille, il va venir à cheval pour l’enlever. Il la menace de la décapiter si elle ne l’épouse pas. Dans un autre contexte, vous avez un amoureux qui se met à genoux avec un bouquet de roses pour faire sa demande en mariage. L’attitude fait une grande différence.

Même lorsque nous approchons Dieu, l’attitude compte. Allons-nous formuler notre demande comme un mendiant ou allons-nous être réceptif à lui? Quel est le désir de l’amoureux? Être avec le bien-aimé ou chercher ce que le bien-aimé peut offrir? L’amour en dit plus que tout autre sentiment que vous pouvez partager l’un avec l’autre. La relation avec Dieu est semblable à votre relation avec votre bien-aimé. C’est pourquoi le principe de bhakti (la dévotion) est si important dans la culture hindoue. Même un élément aussi simple que la gestion du temps est important. Permettez-moi de vous raconter une ancienne expérience menée par le Dr Ivan Pavlov dans laquelle il faisait retentir une cloche et servait de la nourriture aux chiens à la même heure tous les jours. Un jour il a fait retentir la cloche mais n’a pas donné de nourriture, les chiens se sont mis à aboyer et à saliver comme des fous.

Lorsque sonnent les cloches du temple, combien d’entre nous salivent à l’idée de Dieu? Les chiens sont meilleurs que nous à ce niveau là, ils sont autrement mieux conditionnés. S’en tenir à un horaire précis peut éveiller automatiquement dans notre cœur un sentiment particulier de devoir méditer. Nous devons mettre en place une horloge biologique. Quand les habitués des salles de sport manquent le gymnase une journée, ils ne se sentent pas bien; nous devrions tous développer en nous ce véritable état de manque lorsque nous ne méditons pas.

Vous avez acquis tellement d’expérience pendant votre voyage. Dites-nous un peu ce qui vous tient le plus à cœur…

Mon premier sitting en 1976 alors que j’avais dix-neuf ans a été une expérience fantastique. Un de mes camarades de classe m’a vu méditer et m’a emmené chez une dame; il croyait qu’elle pourrait me mettre en transe instantanément. J’y suis allé juste pour m’amuser. Nous sommes allés chez elle en rickshaw depuis notre foyer d’étudiants. Elle a été surprise par notre jeune âge. Elle m’a demandé pourquoi je voulais méditer et je lui ai dit que je voulais devenir comme Swami Vivekananda et devenir sannyasi. Elle m’a dit que je faisais fausse route. Dieu ne voudrait jamais ce genre de chose. Et Dieu n’était pas perdu pour qu’il faille que je parte à sa recherche. Elle voulait que j’abandonne l’idée de devenir sannyasi. Elle a dit que Dieu n’était pas un imbécile pour créer deux sexes si un seul suffisait, et que le mariage avait une raison d’être. Elle m’a dit qu’à notre époque l’ascétisme ne marcherait pas.

Dans la toute première séance de méditation, je me suis complètement oublié. Ce fut une des expériences les plus merveilleuses.

Je n’avais plus conscience de rien et c’est là que j’ai vu le guru de Swami Vivekananda, Ramakrishna Paramahansa, dans un halo doré. Je ne voyais que sa tête. Cela m’a donné le sentiment d’être au bon endroit. J’ai arrêté de chercher après cela.

Quelles sont selon vous les trois règles les plus importantes à suivre pour mener une bonne vie? Bien sûr, une fois que nous méditons…

Menez une vie heureuse et paisible et suivez toujours votre cœur. Restez simple et pur; essayez de simplifier les choses de la vie.

Vous êtes l’auteur de deux livres; lisez-vous beaucoup? Dans quels livres puisez-vous votre inspiration?

Mon auteur préféré est Swami Vivekananda et les livres de mes Maîtres bien entendu. Il y en a beaucoup. Je vous conseille aussi de lire les œuvres complètes de sœur Nivedita, elles sont prodigieuses. Ses œuvres complètes et les ouvrages de Ram Chandra sont des livres que tout chercheur spirituel doit absolument lire.

Vous expliquez combien le processus de méditation est infini. Que voulons-nous en fin de compte? Quel est le but ultime?

Le minimum devrait être la paix de l’esprit; sans la paix du cœur, vous ne pouvez qu’imaginer le contraire – l’agitation et la frustration. Peut-on être heureux dans de telles circonstances? À présent, voyons les choses de cette façon. On peut être plus heureux quand on est exposé à la paix. La question pour nous est comment parvenir à cette paix – la réponse vient quand vous êtes en harmonie à l’intérieur et à l’extérieur. Mais l’harmonie intérieure est plus importante, car l’harmonie extérieure ne dépend pas de nous. Comment atteindre l’harmonie intérieure? Seulement en ayant un mental contemplatif… Comment contempler? Seulement en se centrant! Comment avoir un mental centré? Seulement par la méditation. À présent, faites le lien!

Notre nature originelle n’est pas seulement le bonheur. Notre nature originelle est la béatitude. C’est pourquoi de nombreux systèmes yogiques disent que l’état final est Sacchidananda; arriver à cet état de véracité et de félicité. Mais selon la mythologie, il est possible d’aller au-delà, et c’est un état de conscience qui signifie que quelque chose soutient également ce niveau de conscience. Essayez de découvrir quelle est la source de Sacchidananda, puis méditez.

Au fil du temps, la spiritualité est devenue extrêmement commerciale. Les gens sont sceptiques à l’idée de suivre un guru ou une fondation…

Heureusement, vous êtes dans un endroit où tout est gratuit. Dans notre tradition, Brahma Vidya n’est pas payant. Aucun guru ne vous fera jamais payer s’il est honnête envers lui-même. Un jour, quelqu’un a demandé à mon guru: combien faites-vous payer pour cette vidya? Il a répondu par une question très profonde: croyez-vous que Dieu soit à vendre? Si Dieu était à vendre combien paieriez-vous? Et, si vous pouviez payer, pourquoi auriez-vous besoin de Dieu? Pourtant, les gens dans leur quête de miracle investissent beaucoup dans de tels gurus. Rien n’arrête les chasseurs de miracles. Cela devient un cercle vicieux et au lieu de recevoir brahma vidya vous finissez par recevoir rakshasa vidya.

Quel est votre but dans la vie – pour vous-même et pour la fondation?

Personnellement je veux offrir guru dakshina (offrande au guru) à mon guru. Grâce à Heartfulness, je veux que tous les citoyens d’Inde et d’ailleurs bénéficient de la méditation et soient heureux.

Vous parlez de destinée collective dans votre livre, pouvez-vous en dire plus…

Quand une personne médite dans une famille et que d’autres se joignent à elle, imaginez la qualité de vie. Cela crée une charge divine très spéciale dans la maison. Quand une personne médite et que beaucoup d’autres se rassemblent, cela continue, et chaque effet renforce l’autre. Quand une grande quantité de personnes se rassemblent pour constituer un égrégore (des vibrations créées par un groupe) et que cet égrégore est atteint, cela va déclencher une sorte de mutation.

Heartfulness s’est lancé dans la technologie avec une application ‘I want to meditate app’ (je veux méditer).

C’est moi qui ai suggéré cela à mon équipe. L’idée est venue d’Uber. De nos jours, Uber est une grande bénédiction, si vous êtes coincé quelque part vous appelez simplement Uber et une voiture vient vous chercher. Au cours de mes années de pratique, quand nous voulions méditer ou demander de l’aide à un formateur, nous devions souvent aller dans un endroit précis. D’un autre côté, si vous avez un besoin urgent de méditer à 2h du matin ou que vous êtes en Afrique, qui allez-vous appeler? Cette application est une aubaine. À présent, vous pouvez méditer dans l’intimité et le confort de votre maison. Tout ce que vous avez à faire c’est d’appuyer sur un bouton et de demander de l’aide.

La transmission yogique est efficace même par la technologie?

Oui, mais pour susciter davantage de coopération, la transmission de personne à personne est toujours meilleure. Mais une fois que vous aurez pris plusieurs sittings, cela deviendra la norme pour vous.

Leave a Comment