to top

Comment intégrer le cœur et le mental?

Combien de fois songeons-nous à la vie merveilleuse que nous aurions s’il n’y avait ni doute ni confusion! En même temps, nous connaissons la solution du problème. Chaque fois que la solution nous est inspirée de l’intérieur, nous savons qu’elle est juste et qu’elle ne peut pas être contestée, mais seulement écoutée. Elle est une évidence car elle exprime le langage du cœur. C’est magique: un voile se lève, une vision se précise et l’espoir nous apporte un souffle nouveau, avec l’assurance de ce qui est possible.

De tels moments d’inspiration sont toujours porteurs d’une grande promesse: si nos actes suivent cette inspiration, alors une transformation se produira. Cela ne peut que nous faire du bien, car il s’agit de la promesse du cœur. Nous l’avons tous ressenti au cours de notre vie.

Nous pouvons attendre que cette inspiration arrive ou nous pouvons la cultiver activement. Le choix nous appartient. Lorsque nous choisissons de nous engager à cultiver l’inspiration du cœur, c’est là que nous atteignons «heartfulness». Heartfulness, c’est choisir de cultiver activement l’aspiration intérieure.

Supposons que je veuille prendre une décision importante dans mon travail ou dans ma vie privée. Si je l’impose à mon entourage, ce sera comme forcer un enfant à manger plutôt que de l’entourer d’affection, ou comme un adolescent à qui ses parents imposent une discipline de fer, ou bien un patron bienveillant qui essaie de transmettre quelque chose. Nous résistons aux suggestions venant de l’extérieur, aussi logiques soient-elles, et nous nous retrouvons alors face à une discipline, des règles et des politiques qui nous sont imposées et ne sont donc pas apparues naturellement. Il en résulte que l’enfant est dans le rejet, l’adolescent se rebelle et le patron cesse de vouloir apporter son aide. Prendre des décisions et s’y conformer revient à suivre des règles plutôt que de laisser la bonté intrinsèque du cœur nous inspirer et nous diriger. Est-il possible d’envisager de vivre dans une société où le principe de base serait «fais ce qui est juste» ou bien est-ce inaccessible? Portons-nous la responsabilité de repousser la venue de cet âge d’or?

De nombreuses questions entrent en ligne de compte. La plus importante se pose lorsque nous ignorons la bonté et la paix intrinsèques qui existent en chacun de nous. Ce sont des qualités intérieures essentielles qui nous dispensent de devoir penser à être bon ou en paix. Elles se manifestent simplement parce que c’est notre nature profonde. Or, nous nous opposons fréquemment à notre nature profonde.

 

Comment compromettons-nous notre bonté intrinsèque?

Consciemment ou pas, nous avons tendance à colorer chaque instant de vie, car notre conscience scrute le monde en le jugeant, et le bavardage de notre mental est incessant: «J’aime ceci», «Je n’aime pas cela». Progressivement, notre vie en vient à se dérouler en fonction de notre inventaire conscient et inconscient d’attirances et d’aversions que nous avons construit au fond de nous.

Cet inventaire instable d’attirances et d’aversions se met en route, en pause, s’arrête, repart en arrière, avance rapidement puis ralentit et ce, pas toujours dans cet ordre! Il en résulte que nous restons souvent perplexes, à la croisée des préférences et des aversions, de ceci et de cela, au lieu de suivre notre cœur. Combien de fois nous sommes-nous demandés: «Est-ce que c’est bon pour moi ou pas?» ou «Devrais-je faire ceci ou cela?»

 

Comment le cœur s’exprime-t-il?

Il y a une question encore plus simple: «Cette décision vient-elle de mon mental ou de mon cœur?»

Lorsque nous analysons la façon dont nous prenons des décisions, nous sommes témoin de l’interaction entre le cœur et le mental. Nous remarquons que notre cœur proteste bruyamment lorsque nous choisissons quelque chose qui n’est pas bon pour nous. À l’inverse, lorsque nous prenons la bonne décision, notre cœur reste silencieux et en paix. Voilà comment s’exprime le cœur; il n’y a pas de signaux forts lorsque nous faisons ce qui est juste.

Pourquoi en est-il ainsi? Faire ce qui est juste requiert un minimum d’effort intérieur. Par exemple, décliner correctement mon nom et ma situation à quelqu’un que je rencontre ne me demande ni effort ni profonde réflexion. Mais lorsque je me vante de ce que je ne suis pas, le cœur ergote! Il devient plus lourd n’est-ce pas? Voilà comment s’exprime le cœur.

Respirer, entendre et voir normalement est naturel. Mon cœur ne va pas me féliciter pour cela. C’est précisément lorsque quelque chose ne va pas que surgit profondément en moi le sentiment qu’il est temps de prendre rendez-vous chez le médecin. Voilà comment s’exprime le cœur.

Le cœur s’exprime dans un silence rassurant et qui se manifeste au moment opportun. Lorsque nous prêtons attention à notre cœur, nous prenons nos décisions en toute confiance au lieu d’être paralysés par le doute et la confusion.

 

Alléger le fardeau: le jeu du cœur et du mental

D’habitude, nous sommes pris dans un jeu entre le mental et le cœur: mindfulness contre heartfulness! Nous créons cette polarité à l’intérieur de nous-même. Est-il possible de les réconcilier?

Lorsque le cœur a raison, il y a toujours accord parfait entre le mental et le cœur. Du fait de la synchronicité parfaite qui existe entre eux, ils fonctionnent à l’unisson. Lorsque nous assurons l’intégration de ces deux acteurs majeurs dans notre vie, le fardeau de l’existence devient beaucoup plus léger. Si nous ignorons l’un des deux, nous ne pouvons avancer avec détermination dans notre vie.

 

Comment intégrer le cœur et le mental?

Calmez le mental pendant la méditation et vous observerez les signaux de votre cœur et les pensées inspirées qui en émanent. Tous les jours, pendant 20 à 30 minutes, saisissez les instants d’inspiration de heartfulness.

C’est dans le calme du mental que nous percevons notre cœur avec clarté. En observant sans cesse notre météo intérieure, nous traversons la vie avec sagesse, détermination et sans regrets.

Une méditation efficace doit conduire le méditant vers les hauteurs du firmament infini de la supra-conscience et faciliter son immersion dans les profondeurs de l’océan de la subconscience, dont il doit ressortir plus sage. C’est ainsi qu’évolue notre conscience.

Vivre sa vie en se laissant simplement porter par les événements, en réagissant à tout ce qui nous arrive est une chose. C’est une expérience totalement différente que de vivre dans l’esprit de heartfulness: sous la conduite si aimante et magistrale du cœur. Quelle que soit votre activité du moment, faites un détour par le cœur. Après tout, qui peut résister aux signaux du cœur!

Kamlesh D.Patel

————

Vous pouvez aussi lire cet article en anglais sur :

The Huffington post

Leave a Comment