to top

L’évolution de la conscience – 1ère partie

Voici le premier d’une série d’articles par KAMLESH D. PATEL sur l’évolution de la conscience et la façon dont les pratiques spirituelles sont conçues pour favoriser son expansion et son évolution.

 

La science de la spiritualité

 

 1ère partie – Les trois corps

 

Quand on parle de tisser sa destinée, son avenir, qu’est-ce qu’on entend par là? Sur le plan matériel, ça veut dire vivre à l’aise. Passer d’un appartement avec une chambre à coucher à une maison qui en a cinq, posséder dix usines au lieu d’une; on rêve d’être promu directeur général quand on est employé; on veut une vie de famille heureuse, épanouissante, et des enfants qui aient eux aussi une vie satisfaisante.

Du point de vue spirituel, on s’intéresse à un domaine bien plus vaste. Avant de l’explorer davantage, il nous faut décrire la constitution de l’être humain. Nous avons un corps physique de chair et de sang, qui est notre partie la plus dense. Bien qu’elle se modifie un peu en fonction de notre mode de vie, elle ne change guère. L’évolution physique se fait sur une période plus longue que celle d’une vie, et nous ne pouvons attendre de notre corps qu’il évolue au cours de notre existence. Le corps physique est associé à la matière.C’est donc au niveau du corps subtil que nous pouvons choisir d’évoluer, pour passer du niveau animal au niveau humain, puis au niveau divin, en développant notre champ de conscience.

Nous avons également un corps subtil, qu’on nomme aussi corps astral ou mental. Il est associé à l’énergie et aux vibrations. C’est ce que nous appelons le cœur et le mental. Notre troisième corps est le corps causal, la cause de notre existence, ce qu’on appelle l’âme. Le corps causal est associé à l’état du «rien absolu», le substrat de l’existence. Ce corps causal est pur, immuable, inaltérable, il n’ a donc pas besoin d’ évoluer.

Nous ne pouvons pas nous attendre à des changements évolutifs de nos corps physique et causal. Quand on veut modifier sa façon de penser et ses comportements au cours d’un processus de développement personnel – qu’il soit psychologique ou spirituel – ce qui évolue ou se transforme est la strate du milieu, le corps subtil. La destinée spirituelle dépend entièrement de la purification de celui-ci, ce qui consiste à enlever les couches qui l’entourent.

Dans le règne minéral les trois corps sont si étroitement liés les uns aux autres qu’il est difficile de les séparer; ils n’ont guère de liberté. Selon leur aptitude à se libérer sur le plan vibratoire, ils ont différentes qualités, et nous les appelons or, plomb, osmium, etc.

————

La destinée spirituelle dépend entièrement de
la purification de celui-ci, ce qui consiste à
enlever les couches qui l’ entourent.

————

Dans le règne végétal, les trois corps sont reliés de façon un peu plus lâche. Regardez un arbre. Comment savez-vous qu’il a un corps subtil qui réagit? Avez-vous vu des fleurs s’ouvrir quand le soleil les touche? Comment le savent-elles? Elles répondent si parfaitement, tournant leur corolle pour suivre la course du soleil. Il existe aussi une plante, la lajvanti, dont les feuilles se replient quand on les touche. Quand il y a de la brise, ou même une tempête, les feuilles et les branches des arbres dansent, mais à l’instant où on s’apprête à couper une branche, elle commence à s’agiter. On peut le sentir. Chez les plantes, le corps subtil et le corps causal sont très étroitement liés, et le corps subtil ne peut pas beaucoup s’exprimer.

Chez les animaux, les trois corps sont plus nettement séparés, et chez les humains ils sont labiles ou connectés de façon souple. Cette connexion diffère selon les personnes. Les trois gunas, ou qualités fondamentales, de la philosophie védiquetamasique, rajasique et sattvique – réfèrent au type de connexion, plus ou moins forte, entre les corps.

Chez une personne sattvique, le corps subtil peut se mouvoir, alors qu’une personne tamasique est plus proche de la pierre. L’une peut penser à quelque chose qui se déroule ailleurs, tandis que l’autre, avec ses capacités mentales limitées, peut ne pas saisir ce qui se passe autour d’elle. Son mental ne parvient pas à le concevoir, même si on lui en parle. Parfois, quand nous communiquons, certains concepts ne sont pas compris par l’autre du fait de l’incapacité de son corps subtil à les appréhender.

————

C’est donc au niveau du corps subtil que nous pouvons
choisir d’évoluer, pour passer du niveau animal
au niveau humain, puis au niveau divin,
en développant notre champ de conscience.

————

C’est donc au niveau du corps subtil que nous pouvons choisir d’évoluer, pour passer du niveau animal au niveau humain, puis au niveau divin, en développant notre champ de conscience.

Comment décrire le corps subtil? Comment évolue-t-il? Nous étudierons ses quatre fonctions principales, qui sont:

————

« Chit », la conscience
« Manas », nos capacités contemplatives
« Buddhi », l’intellect
« Ahankar », l’ego

————

Elles ont toutes un rôle à jouer dans notre évolution, nous les aborderons dans le prochain numéro.

A suivre…

 

L’évolution de la conscience –  2ème partie

Sorry, the comment form is closed at this time.