to top

Voyages et conversations avec Daaji, 15 janvier 2019

15jan-2019-raipur

Le Journal de Raipur: deuxième partie


Le 15 janvier au soir: l’Hôtel Babylon


Le soir à 19h Daaji s’est rendu à une assemblée des ‘EO’ – Entrepreneur’s Organisation – groupe de jeunes entrepreneurs de Raipur qui ont créé d’importantes et florissantes entreprises commerciales. La réunion a commencé par une superbe vidéo de cinq minutes – que l’on peut voir sur YouTube – présentant l’ashram de Kanha Shanti Vanam. Elle illustre à merveille ‘la relation symbiotique entre nature et spiritualité’ et à quel point elle est exceptionnelle pour exprimer l’esprit d’entreprise. Ensuite, Daaji a prononcé un discours inspirant, puis leur a fait découvrir la relaxation et la méditation Heartfulness et enfin une session de questions/réponses.

Toutes les personnes présentes ont perçu la relation qu’il était capable d’établir avec les participants, de façon naturelle, sans artifices, et la chaleur avec lequel ils répondirent. L’ensemble de la session a été un marathon de presque deux heures. Plus tard Daaji a remarqué que c’était peut-être le groupe le plus réceptif qu’il ait rencontré depuis de nombreuses années.

Dans son discours, Daaji a dit: «Vous êtes peut-être millionnaire dans votre vie mais à quoi cela sert-il si vous êtes pauvre au niveau spirituel?» Il a dit qu’il était possible d’être millionnaire dans ces deux aspects de la vie et que c’était la nécessité de l’époque actuelle. Il a parlé du besoin de modération – pour le bien de la communauté et de la vie de famille – et du besoin de renforcer la responsabilité sociale des entreprises.

raipur-part2-img1Voici quelques autres temps forts du discours:

«On dit souvent que la méditation peut être différée jusqu’à notre vieillesse mais j’estime personnellement qu’on ne devrait pas attendre aussi longtemps.»

«Le mental complique les choses; le cœur résonne avec simplicité. Le cœur réagit très naturellement. …Si vous voulez conforter votre décision et la rendre solide et infaillible, méditez quelques minutes avec la question en tête. Pas besoin de ruminer dessus, attendez simplement la réponse et la solution émergera de l’intérieur. Cela nous donnera confiance. Lorsque nous écoutons le cœur à maintes reprises, que nous appliquons ce qu’il nous dicte et que nous réalisons que ça marche, nous devenons très confiants. Nous ne devons aller trouver aucun guru à l’extérieur; le guru est en nous. C’est la raison pour laquelle nous méditons. Cela fortifie la confiance en soi.»

«Le meilleur usage de la méditation est d’élever notre conscience jusqu’au plus haut niveau possible, comme Swami Vivekananda le mentionne dans ses œuvres. Il en était arrivé à une conclusion: toutes ces pratiques spirituelles ont un but simple, et celui-ci est de permettre à la mince couche de conscience dont nous disposons, intercalée entre deux océans géants de supraconscience et de subconscient, de s’étendre dans ces océans. La méditation nous aide à plonger plus profondément dans notre subconscient, comme à nous élever plus haut dans notre supraconscience.»

«Actuellement nous nous débattons avec notre but. Quel est le but de notre existence? Qu’est-ce que la vie? Que se passera-t-il quand nous mourrons? Avons-nous vécu de nombreuses vies antérieures, ou avons-nous juste surgi de nulle part dans cette vie? Se peut-il que nous venions de nulle part? Il y a des gens qui disent: ‘Je ne crois pas en Dieu.’ Que dire? Un athée qui ne croit pas en Dieu est en fait vraiment honnête, car il n’a pas fait l’expérience de Dieu. Ne pas en avoir fait l’expérience ne veut pas dire que Dieu n’existe pas.»

«Pratiquez Heartfulness pendant au moins trois mois, jour après jour, comme vous allez à la gym. Considérez cela comme votre gym mentale, et vous ferez l’expérience de la supraconscience, c’est garanti.»

«Lorsque vous obtenez un état spirituel après chaque méditation, cramponnez-vous à lui comme un avare. C’est ce pour quoi vous avez travaillé, ce pour quoi vous êtes resté une demi-heure en méditation tous les matins, alors vous ne voulez pas laisser se dissiper cette condition spirituelle. Accrochez-vous à elle et allez travailler, allez à vos affaires, avec cet état spirituel. Il ne sert à rien de méditer pendant une demi-heure puis de perdre votre état méditatif. Laissez-le se diffuser dans vos échanges quotidiens et voyez la magie se déployer dans la vie.»

«J’aimerais insister sur le fait qu’avec Heartfulness nous pouvons influencer le subconscient avec notre mental conscient. De quelle façon? C’est très simple. C’est comme un enfant qui apprend à faire du vélo. Un jour viendra où il n’aura pas conscience de pédaler, mais il continuera à le faire. C’est aussi simple que cela. S’accrocher à l’état spirituel qui règne après la méditation, cela devient comme pédaler – nous ne sommes plus conscient de ce que nous faisons. Cela devient automatique, comme une horloge biologique intérieure; ça arrive tout simplement.»

«Lorsqu’il s’agit de spiritualité, il n’y a pas de limites. Il y a là un potentiel infini. Pourtant là où il y a un potentiel infini, nous n’avons aucun investissement, alors que nous avons tout investi tout dans notre vie pleine de limites. Réfléchissez un instant: où avons-nous tort? Et souvenez-vous toujours: et si je meurs la minute d’après? Où vais-je aller? Les traditions ésotériques disent toutes une seule chose: quelle que soit la qualité de l’âme au moment de la mort, son niveau vibratoire trouvera après la mort le niveau vibratoire correspondant. C’est aussi simple que ça. Vous ne pouvez pas être un pécheur corrompu et vous attendre à aller dans le monde lumineux. Le plus infime karma est bien enregistré par la Nature dans ses moindres détails.»Session de questions/réponses:

Il y eut ensuite une session de relaxation et de méditation Heartfulness.

raipur-part2-img2Session de questions/réponses:


religion & spiritualité


Q: Qu’est-ce que la spiritualité?

Daaji: Afin de comprendre ce qu’est la spiritualité, nous devons d’abord comprendre ce qu’est la religion. La religion concerne les dogmes et les croyances. Si nous disons que nous croyons en Dieu, c’est en général une connaissance empruntée. La religion est une connaissance empruntée aux Écritures, à nos anciens et à nos prêtres. L’expérience nous conforte dans cette conviction. La spiritualité procure cette expérience. La religion nous enferme dans un système de croyances. La spiritualité vous assure de faire l’expérience du véritable esprit derrière la croyance.

Dans la religion vous pouvez vous permettre de dire: «Le prêtre fera puja [le culte] à ma place.» Vous donnez la responsabilité à quelqu’un d’autre. Cela ne peut jamais arriver dans la spiritualité. Personne ne peut méditer à votre place. Vous devez le faire vous-même parce que la spiritualité consiste à faire l’expérience de ce en quoi nous croyons. Si vous croyez en Dieu, vous devez faire l’expérience de Sa présence. Si vous en faites l’expérience, alors vous pouvez dire qu’il y a de la force dans votre croyance.

S’il n’y a pas d’expérience, alors votre système de croyance est comme un pendule. Quand la vie va bien, vous dites: «Merci mon Dieu.» Quand ça ne va pas bien, vous remettez en question l’existence même de Dieu. Vous devenez comme un yo-yo. Une fois que vous aurez fait l’expérience de Dieu grâce à la spiritualité, cet état de yo-yo disparaîtra. Mais cela ne veut pas dire que la spiritualité soit tout.

L’expérience – aussi noble, aussi grande, aussi profonde soit-elle – a ses limites. Alors quoi ensuite? Jour après jour, lorsque notre expérience ne cesse de s’améliorer, qu’est-ce qui émerge? L’expérience nous amène à: «Je dois à présent devenir quelque chose.» Expérimenter la spiritualité versus devenir spirituellement autosuffisant, c’est une toute autre paire de manches.

Finalement, ce ‘devenir’ est aussi un handicap. Comme le dit Saint Kabir, c’est comme une goutte de pluie qui tombe dans l’océan: il ne reste aucune goutte pour exprimer sa propre beauté ou l’immensité de l’océan, parce qu’elle est devenue l’océan. Elle ne peut pas revenir vous dire: «Regarde la grandeur de cet océan,» parce son identité, l’ego, a disparu. Ainsi même si la spiritualité transcende la religion, nous ne devrions pas rester dans le domaine des expériences. Nous transcendons les expériences pour devenir. Une fois devenu, nous poursuivons dans un état d’être, puis dans un état de non-être et c’est l’état où nous fusionnons avec le tout.

Q: Avec la quantité de pratiques de méditation qui existent, pourquoi avez-vous éprouvé le besoin de la Voie Heartfulness?

Daaji: Il existe de si nombreux systèmes dont je n’ai eu connaissance que depuis peu. Lorsque j’ai commencé cette méditation en 1976, je connaissais uniquement la méthode de Shri Ramakrishna Paramahansa. Je pleurais toujours en lisant son évangile, priant de trouver un jour ce guru qui m’aiderait à faire l’expérience de tout ce qu’il était capable de vivre lui-même. Je ne connaissais pas d’autre méthode. Mais lorsque vous parcourez tous les livres des ‘Œuvres Complètes’ de Swami Vivekananda, l’ensemble des neuf volumes, il n’y a pas la moindre page qui mentionne une méthode de méditation. Nulle part.

Si vous lisez la Bhagavad Gîta en croyant avoir appris la méthode de méditation, vous vous faites des illusions. Le Seigneur Krishna a dit à Arjuna lorsqu’il lui posa la question: «Médite et ressens-moi dans ton cœur.» Combien d’entre nous ont-ils pu saisir l’allusion de la Gîta? Et même si elle dit de méditer sur le cœur, de quelle façon? Comment allez-vous plonger plus profondément à l’intérieur sans pranahuti? Pranahuti est comme un ascenseur que nous prenons pour monter et descendre. Elle nous aide à pénétrer dans la supraconscience; elle nous aide à pénétrer dans notre subconscient. C’est le système le plus fantastique que j’aie jamais trouvé.

raipur-part2-img3Q: Quelle est l’importance des rituels religieux et des prières dans la voie de la spiritualité?

Daaji: Certains rituels, comme Ekadashi [le jeûne], sont bons. Ils ne vont pas nous révéler Dieu mais ils amélioreront notre santé. Ekadashi n’a rien à voir avec Dieu; il concerne notre santé. Ce n’est qu’avec un corps en bonne santé que nous pourrons rester plus longtemps assis en méditation.

La lampe – deepam – du festival hindou de la lumière, Diwali, est une chose symbolique. Le sens derrière cela est: de l’obscurité à la lumière; de l’obscurité de mon ignorance vers la lumière de la connaissance.

Les symboles et les rituels sont là pour beaucoup de raisons – psychologiques, physiologiques, neurologiques – mais aucun d’entre eux n’est là pour la Réalisation de Dieu. Pour la Réalisation de Dieu il vous faudra toujours fermer les yeux et faire l’expérience de Sa présence.

Certaines personnes disent: «Je fais le mantra japam.» C’est bien et cela vous aidera à vous concentrer et à accroître votre capacité mentale jusqu’à un certain point, si vous êtes capable de fixer votre mental sur la récitation. Mais quand vous méditez vous ne récitez rien. Imaginez que vous soyez en train de réciter votre mantra et que Dieu vienne et s’en aille, le remarquerez-vous? Quand vous récitez, vous êtes occupé à réciter. Le moment de l’expérience est perdu lorsque vous êtes occupé à quelque chose, que ce soit réciter un mantra ou maudire quelqu’un – vous êtes toujours occupé.

Les rituels sont bons si nous les comprenons du fond du cœur. Un mantra sert uniquement à transmettre une signification, mais les gens continuent à réciter sans vraiment comprendre le sens qui se cache derrière. Et si vous ne le comprenez pas comment alors allez-vous l’appliquer dans votre vie quotidienne?

Q: Il y a tellement de techniques de méditation et de gurus spirituels de nos jours. Comment trouver un guru? Le trouve-t-on par hasard?

Daaji: C’est tout à fait pertinent à l’époque moderne. Votre cœur vous dira toujours la vérité. Il n’échouera pas. Et en tant que femme, vous êtes plus avancée que la plupart des hommes. Vous avez l’avantage de la faculté de ressenti. Vous le saurez toujours. La meilleure expérience est celle qui rend votre cœur heureux. C’est tout. Êtes-vous satisfaite de cette expérience? Si c’est bon, poursuivez-la. Si ce n’est pas le cas, et que vous cherchez toujours, pensez alors à votre prochaine étape.

Comment trouver le bon guru? Votre âme, atman, vous le dira toujours. L’âme a un objectif pour lequel elle s’est incarnée, et jusqu’à la réalisation de cet objectif, elle continuera à se recycler. C’est ce que nous appelons vie et mort, naissance et renaissance. Lorsque l’âme aura trouvé qu’un système donné ou un guru est convenable, elle déversera une abondance de paix et de grâce en vous. Si vous suivez la mauvaise personne, elle vous rendra agité. Elle vous dira de vous enfuir. Votre cœur vous dira toujours la vérité.

Après la session, Daaji fut invité à une petite table pour se restaurer, et peu à peu, un petit groupe de personnes s’est joint à lui de façon informelle et en toute simplicité. Ce fut un moment joyeux et léger, tandis que les autres profitaient du buffet qui avait été dressé pour tout le monde.

À suivre…

Leave a Comment